Short Cuts – les New Yorkais

Publié le par Mélanie

Huit scènes de rue new yorkaises…

 

Mon premier soir à New York, je l’ai passé seule à bouquiner dans Central Park… Jusqu’à ce que je sois interrompue par un combat de chevaliers qui a duré une bonne demi-heure sous mes yeux ébahis. Je m’étais installée sans le savoir près de la scène d’une troupe de théâtre qui répétait justement ce soir-là.

 

Dans Chelsea. Cette jeune femme a un téléphone coincé entre l’épaule et l’oreille, d’une main elle porte un sac de courses, et de l’autre elle pousse un landau avec difficulté. Ai-je précisé que la poussette était une 6 places ? Je savais même pas que ça existait. Super Nanny !!!

 

En me baladant près de Riverside Park, je me retrouve à suivre un papy qui rentre chez lui. Il est touchant comme tout, avec son canotier sur la tête et son petit veston d’époque ; il connait tout le monde dans son quartier, il invective une voisine, il salue un monsieur qui promène son chien, il rigole en espagnol avec le portier de son immeuble… Il est chez lui.

 

Entendu dans le métro : ‘Hi Mandy, this is Brandon, what’s up darling ?’. Avec l’accent bien ringard, comme dans les soap. Et j’ai bien regardé, ça a même pas fait rigoler les gens autour.

 

L’autre jour, à la frontière Sud de Harlem, j’ai croisé une nanny avec un groupe de gamins complètement improbable : un petit noir, un petit asiatique, un petit latino, et une petite blanche. Tous archi mignons, à se tenir sagement la main sous l’œil sévère de la nanny. Le genre de trucs que tu vois que sur les affiches de Benetton ou dans les pubs pour des assurances frauduleuses sur fond de ‘I’m free’. J’ai hésité : je pleure, je pleure pas ?

 

J’ai repéré un vieux Henry Miller à 1$ dans une échoppe du Lower West Side, et quand je demande au vendeur qui me facture 1$ tout pile ‘mais, ya pas de taxes normalement?’, il me répond avec un sourire ‘sometimes, but not today’ (à traduire par ‘bah oui imbécile, des taxes yen a tout le temps, on est aux Etats-Unis ! mais là j’ai autre chose à foutre’).

 

Dans la rue, je repère deux grands blacks debout, droits comme des i, leurs fronts sont collés l’un contre l’autre, ils se regardent intensément. On est en Amérique, on est à New York, on est à Harlem, ils sont noirs, ils vont forcément se fighter! …Et là, ils se roulent un énorme patin. Oh God, I love New York.

 

Pendant ma visite du MET (Metropolitan Musuem of Art), je suis témoin d’une scène plutôt marrante. Ça fait 5 minutes que je suis perplexe devant un tableau inédit de l’expo Picasso quand j’entends, à côté de moi, une petite voix aigue s’écrier en anglais : ‘mais, Papa, qu’est-ce qu’elle fait la dame ? Qu’est-ce qu’elle lui fait au monsieur ? Est-ce qu’elle est gentille la dame, ou est-ce qu’elle est méchante ? Hein Papa, hé, Papa !’ …Bon courage, Papa…

 

P1040205

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article